VAE VICTIS

Si on admet que le terme « d’islamophobie » a été massivement utilisé par les islamistes pour piéger quiconque oserait une critique idéologique de l’idéologie islamiste, convenons que quiconque recourrait à ce terme pour interdire toute éventuelle critique de l’islamisme mériterait d’être dénoncé pour l’imposture intellectuelle qui consiste à traiter de « malade » ou de raciste un adversaire politique, de même que quiconque revendiquerait le « droit d’être islamophobe » serait, de fait, déjà tombé dans le piège des islamistes.

On doit pouvoir revendiquer le droit du libre examen critique de tout prosélytisme idéologique ou religieux sans se sentir malade de quelque phobie ou être accusé de l’être. Se reconnaître phobique dans un débat politique ou rationnel revient à tendre un bâton pour prendre des coups.

Sur ce plan lexical, il aurait d’ailleurs été plus pertinent (si l’on voulait être pertinent et non juste aveuglément militant) de recourir au préfixe « miso » (qui hait) et parler de « misislamie » pour nommer quelque haine qu’inspirerait l’islam… Mais bon, cette distinction entre 1 légitime peur que peut inspirer l’idéologie islamiste et ses dérives djihadistes et 2 haine d’une religion et de ses pratiquants (ou supposés tels) nous sera à jamais interdite. Comme on nous interdira de distinguer 1 une religion ou une idéologie (dont on peut critiquer l’irrationalisme ou le rationalisme mortifère) et 2 le croyant ou le militant qu’on respectera aussi longtemps qu’il vous respectera.

Les islamistes (et leurs alliés d’une gauche qui siège maintenant à la droite de Dieu) ont gagné cette première bataille lexicale et médiatique. Ils n’ont pas fini d’en gagner d’autres.

Comme ils ont déjà gagné la bataille permettant de réduire le sionisme à un racisme colonialiste et donc l’antisionisme à un légitime antiracisme justifiant l’antisémitisme.

Ne remuons donc plus le fumier médiatique et « nauséabond » dont on nous a arrosés et laissons le renard d’une nouvelle internationale idéologique totalitaire s’ébrouer dans le poulailler libéral de nos fragiles démocraties.

De toute façon, comme cela a encore été répété au cours de la manif parisienne du 10 novembre : « Dieu est le plus grand ! »

Et il est vrai qu’entre effondrement biologique et énergétique, fin du monde et fin du mois, nous avons d’autres tombereaux de soucis et problèmes à disperser pour en engraisser notre actualité.

Alors, pour ma part, je me résigne dorénavant à être de ceux qui ont perdu la bataille à la fois sémantique et idéologique face à la conquête islamiste en cours. Croisade ou razzia dont sont déjà et seront une fois de plus les premières et plus nombreuses victimes les musulmans modérés ou les ‘arabes’ et maghrébins assimilés musulmans, puisque la religion serait désormais (re)devenue une ‘race’ à laquelle on pourra être assigné, même si l’on était en fait apostat, agnostique ou athée. VAE VICTIS !

Et vive la fraternité laïque et humaine, seule énergie et puissance sur laquelle nous ne pouvons pourtant jamais que compter pour nous assister face à ce que peuvent nous imposer les réalités naturelles d’un monde indifférent à nos soucis.

SIT HOMO HOMINI DEUS !

AMEN !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s